Regard d'un étranger sur Toulouse

Témoignage d'un jeune étranger de retour à Toulouse "SAUL PULINO MOOG"
C'est malheureusement édifiant..

Le 28/06/2017

Je suis revenu tout récemment pour quelques jours de vacances à Toulouse dans le quartier des Carmes où j’avais vécu en tant qu’étudiant au début des années 2010 et pour lequel je gardais une grande nostalgie, ayant gardé le souvenir d’une douceur de vie et d’un environnement exceptionnel.
Je tiens à vous faire part de ma déception devant l’ambiance décadente que j’ai retrouvée. Il est stupéfiant de constater à quel point ce quartier si élégant s’est dégradé. La plupart des boutiques que je connaissais ont disparu pour laisser la place à une activité unique, celle des fast- food et de la « malbouffe ». Rue des Filatiers le soir on est assailli par des odeurs de graillon et par le bruits, tables et chaises ayant envahi la chaussée. Sans parler de la saleté des rues qui s’ est accrue à un niveau insupportable mais sur ce point je crois que mes racines étrangères m’ont habitué à plus d’exigence. 
Durant ce bref séjour, ma chambre donnait place Henri de Gorsse, en face de la Dalbade : je n’ai pu songer à me coucher que une fois la rumeur des terrasses redevenue à un niveau raisonnable, c’est à dire bien
1498636102745tard dans la nuit vers minuit. Ensuite j’ai été à plusieurs reprises réveillé en sursaut par des groupes bruyants qui passaient devant mes fenêtres et qui semblaient avoir trop bu. Je me demande comment les habitants du quartier font pour résister.
Actuellement je travaille et j’habite à Bordeaux. Il y a quelque temps, j'avais été surpris d'apprendre que Bordeaux avait écrasé Toulouse pour la qualité de vie. Je comprends maintenant les raisons de ce déclassement et je me félicite d'avoir déménagé à Bordeaux où la municipalité a eu la clairvoyance développant une politique volontaire qui respecte les habitants du centre en recherchant un équilibre entre qualité de vie quotidienne et activités festives.

×