Cloutage des terrasses

Sacré BOLZAN....la Tchatche du vrai Titi toulousain.

 

Vous allez voir ce que vous allez voir ... je vais clouter les terrasses disait-il en janvier 2015….

Je commence par la Panetière....

Seul hic nous serons bientôt en janvier 2019….

A ce jour environ 3 % des établissements sont cloutés...

Allez Jean Jacques un p'tit effort.

Fatigue 1

Article de la dépêche en janvier 2015

Terrasses de cafés : des clous pour ne pas dépasser les bornes

Des clous pour délimiter l'espace public autour des terrasses… Si cette initiative prise par la ville est plutôt judicieuse pour certains professionnels, elle reste anecdotique pour d'autres.

En matière de mobilier urbain, la ville n'est jamais à court d'idée. Elle le prouve une nouvelle fois avec l'initiative instaurée progressivement dans le centre-ville de Toulouse pour délimiter les terrasses.

Et éviter ainsi les problèmes de dépassement sur l'espace public. Un point noir récurrent en ville qui a encore fait couler beaucoup d'encre il y a quelques semaines avec le risque de ne pas renouveler quatre terrasses en centre ville.

«Ce système de clous posés autour de la terrasse permet à l'exploitant de parfaitement repérer l'espace qu'il peut utiliser, considère Jean-Jacques Bolzan, adjoint au maire chargé du commerce. Et ainsi, en cas de non-respect, la police municipale peut intervenir sans importuner personne.

C'est un bon repère».

Vendredi, le test de ces clous (environ quatre) a été fait à la Panettière, sandwicherie et dépôt de pain récemment ouvert boulevard Carnot. La terrasse est désormais agrémentée de quatre gros clous dorés encerclant tables et chaises :

«Je sais exactement où désormais étendre la terrasse, se réjouit Ilia, la responsable.

C'est un casse-tête en moins et esthétiquement, c'est plutôt joli. Bien mieux que des barrières, par exemple».

Côtés professionnels, les avis divergent. Président du syndicat des cafetiers à l'Umih 31, Jean-Marie Cadieu apprécie l'idée :

«Cela va permettre aux cafetiers de limiter correctement l'espace de sa terrasse et éviter bien des problèmes et avec les passants et avec la ville.

S'il reste certain que sans terrasse, un établissement n'est pas viable, il est vrai aussi que celle-ci ne peut s'étendre au-delà du périmètre.

Sinon c'est l'anarchie.

La mairie doit édicter des règles. Ces clous sont une solution. A voir ».

Un autre professionnel, désirant garder l'anonymat reste plutôt sceptique sur le sujet :

« Je ne pense pas que ce sont quatre clous qui vont empêcher certains cafetiers d'étendre leur terrasse dans un joyeux désordre.

Quand on veut rester dans les clous, on n'y reste de toute façon »

Les terrasses de la place Jeanne d'Arc et Rouaix sont les prochaines « cloutées ».

Le chiffre : 50 euros

C'est approximativement pour la ville, la facture prévue pour les quatre clous délimitant les terrasses.